• Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icône

chez SCOP SARL Mine de TALENTS

RCS NIMES 479995896

Copie de LogoMDT_CartRouge.jpg

©2018 by CAP CHANGEMENT. Proudly created with Wix.com

Un soupçon de verdure avec votre bol de café ?

June 4, 2019

 

8h00. Je sens qu’au dehors il fait déjà chaud. Je m’étire comme un chat qui aurait paraissait trop longtemps et mets un pied hors du lit. Je n’ai qu’une hâte, ouvrir les rideaux opaques au travers desquels les rayons du soleil percent déjà. Les oiseaux sont à l’ouvrage depuis 2 heures, ils gazouillent, piaffent, voltigent, d’un arbre à un autre. Je tire les rideaux et plissent les yeux aveuglés par la lumière.  Pas un nuage n’entache le ciel, tout comme hier il est intensément et uniformément bleu. Je contemple déjà la végétation autour de moi et m’empresse de me doucher pour aller prendre un bon bol de café. Mon carburant. Le rituel qui me fait passer du côté nuit au côté jour. Sans ça, mes idées ne se rassemblent pas et je cafouille toute la journée !


J’ai envie de goûter à ce luxe de profiter du cadre exceptionnel qui s’offre à moi et me transporte pour quelques heures encore dans un lointain voyage.

 

8h25.Le café coule dans ma tasse et la fumée qu’il dégage emporte son parfum jusqu’à mes narines. Mes neurones s’agitent enfin ! Assise face à la vallée qui s’ouvre devant moi, où pins et châtaigniers se bagarrent la place sur les pentes, quelques maisonnettes de pierre se fondent au paysage et j’ai l’impression d’avaler des gorgées de pureté comme un nuage de lait qui se serait mélangé à mon café. C’était comme faire un plein d’oxygène, un plein de vie. Ces arbres et la végétation vivent ce cycle immuable des saisons, tout comme l’homme qui se replie en automne pour se protéger du froid, sort groggy de l’hiver au printemps prêt à s’épanouir pour toute la belle saison estivale à venir.  Ce paysage, cette forêt devant moi paraît immobile et est pourtant remplie de vie, vivante elle-même.


Comme souvent dans ces moments-là je me suis mise à me projeter dans cette vie au milieu de la nature, à m’imaginer un métier, à imaginer conduire mes enfants à l’école sur les routes de campagne, à rêver d’une vie que je n’ai pas mais dont je ne suis à fortiori pas loin non plus. J’habite un petit village à proximité de deux grandes villes et tout le confort que cela apporte. Je n’ai pas de vis-à-vis et j’ai plusieurs routes de campagne de garrigues ou entre les vignes pour m’échapper de la circulation, des chevaux dans les champs, des parcs arborés ce n’est donc pas la pleine urbanisation.

Mes neurones s’agitent je vous l’ai dit alors je me suis alors rappelée le projet fou et inspirant d’un couple au Brésil qui a dédié 20 ans de sa vie à reboiser une forêt entière, soit 2,7 millions d’arbres plantés et permis à de nombreuses espèces de retrouver leur place.

Cela m’a rappelé aussi la méthode mise au point par le japonais Akira MIYAWAKI qui consiste à créer une mini-forêt native de 300 arbres sur l’équivalent de 6 places de parking, reprise par un duo nantais fondateur de l’association MiniBigForest. Inspirant encore une fois ! La méthode pourrait bien faire des émules en ces temps où la prise de conscience écologique est de plus en plus forte et où les jeunes générations sont à l’affut d’une vie plus cohérente avec leur environnement.

Enfin, j’ai achevé mon voyage de pensées en me disant qu’il n’est pas étonnant que la sylvothérapie (art d’enlacer les arbres) ou « shinrin-yoku » en japonais (bain de forêt), méthode naturelle pour diminuer le stress devienne à la mode tant dans nos sociétés le besoin de se connecter à la nature est vital, cette nature qui agit comme un catalyseur pour se reconnecter à soi et au moment présent.

 

8h35. Je débranche mes pensées. J’écoute, je respire, je ressens. Laissez-moi là encore quelques instants et inspirons tous profondément.

 

Please reload

Featured Posts

Le coaching pour sortir de la mécanique du robot

April 27, 2019

1/4
Please reload

Recent Posts
Please reload

Archive